05/10/17 : 78ème séance de shiatsu

05/10/17 : 78ème séance de shiatsu

 

Lorsque j’avais vu Toshi la fois précédente, je lui avais fais part de mon sentiment de vulnérabilité ainsi que de la surcharge mentale que je vivais.

En effet, plusieurs évènements extérieurs m’avaient épuisée moralement et affaibli physiquement.

Les tensions venaient aussi bien de l’intérieur du foyer que de l’extérieur : rapports conflictuels avec ma fille, ambiance familiale tendue, absence de réponse de financement pour ma formation, réception d’un texto avec des pensées négatives…

Les sujets cités précédemment me demandaient beaucoup d’investissement moral et d’énergie.

D’autre part, je constatais que des sujets en cours depuis des mois n’avançaient toujours pas ou pas comme je le souhaitais et cela me fragilisait.

 

Je savais que sur le plan neurologique mon état était satisfaisant comme lors de la dernière séance, cependant sur le plan psychique c’était loin d’être le cas.

Etant consciente de ma fragilité du moment, j’en avais discuté avec une psychologue qui m’avait fortement recommandé de me préserver des personnes dites toxiques mais également d’être moins intransigeante avec ma fille.

Ces conseils s’avéraient être bons et j’avais la ferme intention de lâcher prise sur tout.

 

Toshi entama la séance par des techniques de respiration en me demandant de respirer et d’expulser par le ventre.

Ces exercices permettaient d’oxygéner l’ensemble du corps et de calmer l’esprit.

Effectivement, au bout de quelques minutes, je me sentais déjà plus apaisée.

 

Toshi me souleva par le dessous des épaules en me demandant de continuer de respirer.

Le fait de m’empoigner ainsi avait pour but d’étirer mon buste de manière à faire rentrer le maximum d’oxygène lors de l’inspiration.

Les exercices que Toshi avait entrepris de me faire faire m’avaient permis d’être plus sereine et de faire retomber le stress.

 

Il me pria ensuite de m’allonger sur le coté droit.

Il travailla un long moment sur le méridien de la vessie conjointement à celui de l’intestin grêle.

Le lien entre l’intestin grêle et la vessie explique que certains déséquilibres du cœur puissent avoir des répercussions sur la vessie, par l’intermédiaire de l’intestin grêle.

La vessie et le rein entretiennent des relations étroites : d’un côté le rein permet à la vessie de produire des liquides et de l’autre le rein dépend de la vessie pour transporter et excréter les liquides dits impurs.

Plusieurs facteurs peuvent entrainer un déséquilibre dans la relation de la vessie avec l’intestin grêle.

D’un point de vue émotionnel, la vessie tout comme le rein, peut être touchée par la peur entrainant des états d’anxiété ou d’insécurité. On peut également trouver des symptômes pathologiques et psychologiques comme un sentiment d’agitation ou encore, de nerfs à vifs.

 

En acupuncture, le méridien de la vessie vient en aide au méridien du rein en contrôlant l’évacuation des liquides.

Il est aussi en étroite relation avec le système nerveux qui est responsable de l’adaptation.

Les 2 méridiens, reins /vessie, permettent donc de gérer et d’évacuer les vieilles mémoires et schémas, à condition d’être prêts à les lâcher ou à les changer.

Au vu de ce que j’avais expliqué à Toshi en début de séance concernant mon état psychique et physique, j’ai alors compris l’utilité ainsi que la nécessité de ces manipulations qu’il effectuait sur ces parties de mon corps (vessie/intestin grêle/rein).

 

Il manipula ensuite l’hémisphère gauche de ma tête pour finir par les membres inférieurs.

Je sentais que les points de ma tête étaient tendus.

Mes cuisses, jambes et pieds l’étaient également mais sans provoquer de douleur.

Il travailla mon bassin que je sentais lourd et sans énergie.

En début de séance Toshi avait effectué des points de pression et des mouvements rapides depuis mes chevilles jusqu’au haut de mes jambes de manière à faire remonter vers le haut de mon corps l’énergie qui restait bloquée au niveau de mes pieds.

Lorsqu’il exerça des manipulations sur mes pieds, ces derniers étaient moins sensibles et moins contractés, Toshi les ayant manipulés précédemment.

 

Il réalisa ces mêmes mouvements sur l’autre partie de mon corps.

Toshi commença par la tête pour finir aux pieds.

Tout comme précédemment, il manipula un long moment le méridien de la vessie et celui de l’intestin grêle.

Puis, il travailla mon bassin, mes cuisses pour finir par mes pieds.

Depuis le début de la séance, dès que Toshi manipulait une zone de mon corps, je m’obligeais à lâcher prise et à ne pas être dans le contrôle.

Les manipulations de Toshi étaient une invitation à la détente que je recevais à bras ouverts.

Les effets étaient d’ailleurs palpables car je ne résistais à aucune des manipulations de Toshi

Me concernant, les effets étaient immédiats car j’étais dans un état de semi-éveil et me sentais fatiguée.

 

Toshi me demanda ensuite de m’allonger sur le dos.

Il commença par travailler les membres inférieurs pour remonter jusqu’à la tête.

Ses manipulations ma rassuraient et m’apaisaient.

Les zones qu’il travaillait l’avaient déjà été au cours de la séance, j’étais donc nettement plus détendue qu’au début.

En revanche, lorsqu’il manipula les points entourant le ventre je ressentis une douleur aiguë au niveau de la vésicule biliaire ce qui correspondait à ma peur de l’avenir et à mon angoisse.

Tout ce que j’avais du mal à verbaliser était retranscrit dans mon corps, à tort !!

 

Toshi entérina la séance par des mouvements de reiki au-dessus de ma tête et réalisa des étirements sur les muscles de mon visage.

Je sortis de la séance apaisée, rassurée et avec la ferme volonté de lâcher prise sur beaucoup de choses de ma vie.

La psychologue de ma fille m’avait permis d’avoir cette amorce de prise de conscience du lâcher prise et Toshi, à travers ses manipulations, avait continué sur cette lancée.

Les douleurs ressenties étaient des maux qui perduraient depuis des années, j’avais maintenant la ferme volonté de les faire disparaître !!

La séance m’avait également redynamisée.

Je fis d’ailleurs part à Toshi du « 20 kilomètres de Paris », une course à laquelle je devais participer en fin de semaine.

J’attendais donc beaucoup de bienfaits de la séance de Toshi.

 

Le lendemain de la séance, je m’étais sentie en paix et calme.

Les exercices de respiration et de relâchement effectués avaient été positifs.

 

Trois jours après cette séance de Toshi je participais au « 20 kilomètres de Paris » où je réalisais une belle performance. Cela m’avait permis d’être satisfaite de moi, chose qui ne m’était pas arrivée depuis bien longtemps…

 

J’étais bien moralement et heureuse…

Je savais que ces pensées n’allaient pas perdurer mais je prenais les bonnes énergies qui découlaient de cet état d’allégresse.

Je devais revoir Toshi début novembre après notre retour de voyage à Cuba.

 

 

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>